À l’origine…

En 1982, constatant le peu d’espaces dévolus à la présentation de l’art contemporain en France, le ministère de la Culture et les Conseils régionaux tout juste créés, imaginent ensemble les Fonds régionaux d’art contemporain (Frac). Il s’agit d’un côté de constituer des collections représentatives des grandes tendances de l’art contemporain, et de l’autre de rendre accessibles celles-ci à tous les publics du territoire de référence.
Ainsi, dans chaque région, apparaît un type novateur d’institution, qui n’est ni seulement un musée traditionnel ni un centre d’art aux expositions éphémères : le Frac est une véritable « boîte à outils » dont les citoyens peuvent s’emparer pour appréhender le monde à travers les œuvres et les pratiques des artistes de leur temps. Et, à l’instar de la puissance publique, ils peuvent s’imaginer peut-être devenir un jour collectionneurs à leur tour, ou diffuseurs de l’art contemporain à travers leurs propres initiatives, associatives ou individuelles. C’est en ce sens que le Frac est une structure de démocratisation et un acteur majeur dans l’aménagement culturel du territoire régional et national.

Collectionner - Diffuser - Sensibiliser

Établis sur l’idée que la culture est un bien commun, les Frac sont dotés de trois missions :
Collectionner l’art de notre temps et ce faisant soutenir la création,
Diffuser les œuvres en les exposant,
Sensibiliser les publics en proposant un nouveau mode de relation fondé sur la circulation des œuvres sur les territoires.

En 2021, les 23 Frac constituent le troisième patrimoine public d’art contemporain après le Cnap-Centre national des arts plastiques et le Musée national d’art moderne à Paris.

Partager l’​information
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur tumblr
Partager sur email