Le Crès
Collège de la Voie Domitienne

La possibilité d’un geste

Fabien Boitard, Angela Bulloch, Daniel Firman, Annika von Hausswolff, Marie Legros, Lucien Pelen

Du 30 janvier 2019 au 12 mars 2019
— Vernissage jeudi 31  janvier à 13h00

Le geste peut se réduire à l’intention, l’intention artistique dans le cas présent. Il fait sens car il ancre directement les idées au corps. Au-delà de la production, ou de l’action, il ouvre la possibilité d’une expérience qui annule l’écart entre le corps et la pensée. Dans cette perspective, cette exposition réunit des œuvres dont l’identification, la reconnaissance, peut être associée au processus de création, au geste qui est à l’origine et induit des effets.

Dans les œuvres de Lucien Pelen, Marie Legros, d’Annika von Hausswolff, et Daniel Firman, l’œuvre garde la trace d’une performance. De manière explicite en dépit de leurs différences plastiques et d’intentions, ces œuvres mettent en évidence la dimension vécue, vivante du geste, et l’inscrive dans une temporalité spécifique, ce qui donne à chaque œuvre une « épaisseur » et une expressivité propre. Le geste fait sens non seulement pour le performeur mais aussi, pour le spectateur qui l’interprète. Aussi réduit ou minimal soit-il, le geste artistique communique une idée au public.  L’installation d’Angela Bulloch pour sa part, met en mouvement le spectateur et choisit le rythme comme expression du geste ; celui du corps du visiteur qui implique le déclenchement aléatoire, perturbé, de celui d’une musique. Elle  renvoie ainsi à la fois à un dynamisme intérieur, une intensité créatrice en quelque sorte et à ses effets, qui se déploie dans l’espace et le temps. Le geste de Fabien Boitard, celui du peintre, est moins spectaculaire mais d’une intensité tout aussi forte, qui découle notamment de l’intériorité et de la spontané, d’où résulte une densité, une charge, voire un affect. Ce geste du peintre témoigne du travail vivant de la matière, montre, dans l’action, le geste du corps qui lui-même donne corps à une forme inédite, à un espace au-delà de soi.

La force du geste réside sans doute dans le fait qu’il n’est pas le simple signe de quelque chose mais qu’il se signifie lui-même. Expression d’une pensée sans parole, d’une personnalité vivante, intention en acte, le geste résonne de nos vécus dans nos mémoires. Comme le dit le philosophe Giorgio Agamben, Il relève de la rencontre de la vie et de l’art, de l’acte et de la puissance, de l’intention et de la praxis.
Céline Mélissent

Lire la suite Replier

Collège de la Voie Domitienne
Voie Romaine
34920 Le Crès
04 67 70 32 78

PARTAGER L’INFORMATION
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur tumblr
Partager sur email