Aide à la production

Sylvain Fraysse - Peior sum ad optimum faciendum

Créations dans les lycées d’Occitanie

Uzès

Lycée Charles-Gide des métiers d’art

— Avec le soutien de la Région Occitanie et le concours de Tourre Sanchis – Architecture & Urbanisme durables
Jeudi 4 mars 2021

Une production accompagnée par le Frac OM dans le cadre du dispositif Parcours Découverte des métiers de la culture, du patrimoine et des métiers d’art

L’œuvre Peior sum ad optimum faciendum trouve son origine dans la chanson « du groupe Nirvana – Smell Like Teen Spirit – écrite par Kurt Cobain, élevée au rang d’hymne adolescent et aujourd’hui considérée comme une chanson emblématique ». Elle fait écho en toute modestie à la mosaïque romaine exhumée sur le site lors des fouilles préalables à la construction des nouveaux bâtiments du lycée. Elle a été réalisée par l’artiste avec le concours de Léa Villar, ancienne élève du lycée.

« La proposition vise à traverser ces notions par l’intermédiaire d’une référence iconique de la culture populaire et plus particulièrement de la culture adolescente, tout en tenant compte des spécificités, de la nature du lieu et de sa mémoire. La question de l’ « idole » est ici appréhendée sous son approche étymologique d’image fantôme. En ce sens, l’intervention se voulant discrète ne s’intègre que par soustraction à l’aménagement extérieur prévu du sol. Gravés dans une typographie romaine sur l’une des dalles de pavage du parvis de la cafétéria, les derniers mots de la chanson ici traduits en latin, revêtent une dimension toute autre. À la fois sacralisation d’une mythologie adolescente, évocation de la mémoire du lieu et métaphore du savoir, la pièce tient autant des stèles funéraires romaines, témoignages des cultures antiques que des étoiles d’Hollywood boulevard, symboles futiles de starisations. »
S. Fraysse

En contrepoint de l’œuvre, Sylvain Fraysse a réalisé une sélection dans la collection du Frac OM pour une exposition intitulée Faciendum et ingenio. « Dans le contexte particulier d’un établissement scolaire jouxtant enseignements manuel, artisanal et intellectuel, l’exposition tend à interroger le lien entre le geste et la pensée. Sous ce prisme, les œuvres de Simon Starling et Joe Scanlan choisies dans le Frac OM, viennent pour l’occasion dialoguer avec la pièce produite pour le lycée, Peior sum ad optimum faciendum. Le processus de création comme influence du statut ainsi que les notions de copie, de simulacre et de transformation trouvent ici écho à mes propres préoccupations plastiques. »
S. Fraysse

Lire la suite Replier
Partager l’information
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur tumblr
Partager sur email